TRADUCTEURS PROFESSIONNELS. À QUOI RECONNAÎT-ON UN BON TRADUCTEUR ?

Traducteurs assermentés. Traducteurs techniques. Traducteurs officiels. Traducteurs médicaux. Traducteurs de pages Web. Le dictionnaire Oxford définit un professionnel comme une personne qui se consacre à une activité représentant sa principale source de revenus. À la lumière de cette définition, il est donc logique de penser qu’un traducteur professionnel est un individu qui est rémunéré pour son travail. Mais qu’est-ce qui garantit un flux constant de travail ? En effet, le bilinguisme n’est pas la seule condition requise pour une carrière réussie dans la traduction.

L’aspect le plus important à considérer est qu’un bon traducteur doit avant tout être un bon écrivain. Nous soulevons là un point essentiel au sein des populations multilingues, parmi lesquelles l’acquisition d’une langue étrangère est parfois synonyme de négligence de la première langue. En d’autres termes, la connaissance approfondie de plusieurs langues est une compétence remarquable, mais seuls les esprits les plus vifs pourront maintenir des sphères linguistiques parallèles sans les confondre. Alors que certains théoriciens de la traduction soutiennent que les textes traduits qui, lorsqu’on les lit, ressemblent effectivement à une traduction, donnent au lecteur une sensation d’étrangeté culturellement enrichissante, le consensus général s’accorde à penser que le but ultime du traducteur est de produire un texte qui donner au lecteur l’impression qu’il a été rédigé directement dans la langue cible. Pour atteindre cet objectif, le traducteur devra faire preuve d’habileté dans le peaufinage des textes. L’amour de l’écriture sera ainsi tout aussi important que la connaissance de la langue source.

Outre ses talents d’auteur, le traducteur professionnel devra impérativement se familiariser avec le sujet du texte à traduire. Alors que des diplômes dans les domaines concernés sont la preuve irréfutable du niveau d’expertise du traducteur, un professionnel saura où et comment rechercher les informations qui lui permettront d’acquérir la terminologie nécessaire pour affronter un sujet qui, au départ, ne lui est pas familier. En un sens, les cours de méthodologie de la traduction préparent les futurs traducteurs à cette tâche. N’oublions pas que le traducteur novice apprend à devenir un expert en... presque tout. En d’autres termes, les meilleurs traducteurs sont incroyablement méticuleux, insatiablement curieux et savent où s’adresser pour tout comprendre sur tout. En plus de cette soif de savoir, les meilleurs traducteurs sont capables de se mettre à la place de l’auteur du texte qu’ils traduisent. C’est peut-être pourquoi les traductions automatiques ne remplaceront jamais totalement le travail du cerveau humain. Le travail du traducteur professionnel doit ainsi produire non seulement un texte bien écrit, mais aussi faire passer un message avec l’intention originale de son auteur. En effet, la capacité du traducteur professionnel à se mettre à la place d’une autre personne constitue le premier pas vers la restitution de la parole de l’auteur dans une autre langue.

On peut honnêtement considérer qu’il existe des traducteurs de toutes sortes de par le monde, et tenter d’établir une règle générale pour définir un bon traducteur peut sembler peu constructif. Dans l’idéal, les compétences d’un traducteur devraient être jugées au cas par cas : Faites passer un test de traduction à votre traducteur potentiel, le résultat se passera de commentaires.

Les compétences professionnelles de nos traducteurs internes et indépendants

Notre service de traduction est certifié selon la norme de qualité européenne EN-15038:2006 spécifique aux services de traduction. Cette norme stipule qu’un traducteur devra justifier ses compétences en traduction, linguistique et rédaction à la fois dans la langue source et la langue cible, selon au moins l’un des critères suivants :

1. Un diplôme reconnu en traduction ;

2. Un diplôme équivalent dans une autre discipline, plus au moins 2 ans d’expérience documentée en traduction ;

3. Au moins 5 ans d’expérience professionnelle documentée en traduction.

LinguaVox vous propose ses services de traduction technique, médicale, juridique, de brevets et certifiée dans plus de 150 langues, dont l’anglais (britannique, australien et américain), l’espagnol (d’Espagne, du Mexique, d’Amérique du Sud ou encore des États-Unis), le français (de France ou du Québec), l’allemand, l’italien, le portugais (du Portugal ou du Brésil), l’arabe, le basque, le bulgare, le catalan, le chinois (mandarin, cantonnais, simplifié, traditionnel), le tchèque, le danois, le hollandais, le finnois, le flamand, le galicien, le grec, l’hébreu, le hongrois, le japonais, le coréen, le norvégien (nynorsk, bokmål, riksmål), le polonais, le roumain, le russe, le serbo-croate, le slovaque, le slovène, le suédois, le turc, l’ourdou, le valencien, l’afrikaans, l’albanais, le biélorusse, le bengali, le bosniaque, le birman, le croate, l’estonien, le gaélique irlandais, l’hindi, l’indonésien, l’islandais, le letton, le macédonien, le maltais, le persan, le panjâbî, le gaélique écossais, le serbe, le thaï, l’ukrainien, le vietnamien, le gallois, l’amharique, l’arménien, le breton, le tchétchène, le dari, l’espéranto, le farsi, le filipino, le géorgien, le groenlandais, le kazakh, le kurde, le latin, le lingala, le luxembourgeois, le moldave, le mongol, le népalais, l’occitan, le quechua, le kinyarwanda, le cingalais, le somali, le swahili, le tatar, le tibétain, le turkmène, l’ouzbek, le zoulou, etc.


Demandez un devis gratuit pour une traduction réalisée par un traducteur professionnel : devis@traducteurs.co